Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 07:20
Bridge of Birds (La magnificence des oiseaux) de Barry Hughart

Une histoire aux couleurs « fantasy-esques » qui se déroule dans une Chine légendaire du IVe siècle, « une Chine Ancienne qui ne fut jamais » selon les termes de l'auteur, un protagoniste qui répond au nom étrange mais non moins amusant de Boeuf Numéro Dix, son compère, non moins intrigant, un sage alcoolique (!!!), une enquête, des aventures, une histoire de princesse, de l'humour, un titre plein de charme et de poésie, le tout imaginé par un Américain, il ne m'en fallait pas plus pour attiser ma curiosité !

Quatrième de couv'
« Pour lutter contre une épidémie pour le moins singulière - puisqu'elle sait compter et ne touche que les enfants de son village - Boeuf Numéro Dix se rend à Pékin le jour de son dix-neuvième anniversaire. Là, il rencontre un vieil alcoolique, un sage qui bien des années auparavant fut célèbre sous le nom de Maître Li. De retour au village de Kou-Fou, tous deux découvrent sans mal que Fang le prêteur sur gages et Ma le Grigou ont empoisonné les enfants par erreur. Les deux coupables ont pris la fuite, mais il reste à guérir les enfants...
Ainsi commence la première enquête de Boeuf Numéro Dix et Maître Li, dans une Chine qui ne fut jamais, où la recherche de la Grande Racine de Pouvoir les conduira à briser la terrible malédiction qui pèse sur la princesse aux oiseaux...
Narrée avec beaucoup d'humour, récompensée par le World Fantasy Award 1985, cette aventure délirante - où les personnages principaux échappent à la mort à chaque chapitre - ravira autant les amateurs des enquêtes du juge Ti que les lecteurs assidus de Terry Pratchett. »

Il lui a fallu quand même 5 années de douce fermentation dans ma PAL avant que je ne trouve l'occasion de savourer les pages de ce roman, et quel plaisir de replonger dans l'univers merveilleux et magique de la Fantasy ! À noter toutefois, pour la petite anecdote, que lors de sa première parution en 1984, ce livre était sorti dans une collection de littérature générale, puis, le succès n'étant pas au rendez-vous et sur l'intervention d'Ann McCaffrey, écrivaine américaine de science-fiction et fan du livre, ce dernier a été réédité l'année suivante dans une collection de Fantasy et a rencontré un succès immédiat couronné du prestigieux World Fantasy Award.

Je me souviens d'un travail de rédaction que nous avait confié l'institutrice quand j'étais en primaire : on étudiait alors les mécanismes et les conventions des contes et l'on devait s'en inspirer pour en inventer un à notre tour. Ce n'était pas très compliqué, tout conte a un (ou plusieurs) héros avec des caractéristiques particulières définies à l'avance, ce dernier a toujours une quête, un ou plusieurs objets magiques et des épreuves sur son parcours.
En découvrant cette histoire, ce schéma m'est revenu en tête car l'intrigue a effectivement ce côté très convenu des contes en général, mais c'est dans l'art de narrer les événements et de captiver son public que l'on reconnaît le talent du conteur, et en cela, Barry Hughart n'en manque pas.

On s'attache très vite à nos deux compères qui n'ont rien des héros types des récits d'aventures. Boeuf Numéro Dix a sa jeunesse et de l'énergie à revendre mais peu d'expérience de la vie, Maître Li a des idées plein la calebasse et la sagesse des années mais un léger défaut de caractère, le tandem, atypique, est truculent, le récit est teinté d'un humour espiègle et ne manque pas de rythme, nos deux acolytes enchaînent les épreuves dans leur quête de façon presque parodique. J'ai apprécié la concision des descriptions concernant les déplacements, l'auteur se concentre sur l'action et c'est vraiment très appréciable, dans ce type de récit en tout cas, et quand il s'attèle aux descriptions, il nous plonge dans une Chine mythique dont on regrette presque qu'elle soit imaginaire.

J'ai été assez impressionnée aussi par le développement de cette intrigue qui commence par une histoire d'épidémie qui atteint les enfants d'un village, un événement relativement « banal », et qui mène à un magnifique conte de fée coloré de légendes et mythes chinois, avec un dieu amoureux d'une princesse (aaah quelle jolie histoire vraiment !).

Si, dans l'ensemble, j'ai suivi comme ça le récit sans être vraiment absorbée mais en passant tout de même un très agréable moment de lecture, c'est vers la fin, le dernier tiers du livre que j'ai commencé à réaliser la très belle histoire qui s'était dessinée sous mes yeux, la fin est superbe, digne d'un conte merveilleux. On réalise alors que rien n'a été laissé au hasard, que tout est à sa place dans cette intrigue subtilement développée, et ça donne envie de découvrir les autres tomes de cette série (ça tombe bien, j'ai les deux suivants dans ma PAL, The Story of the Stone et Eight Skilled Gentlemen - je pensais au départ que les trois tomes formaient une histoire unique mais en fait non).

À noter que l'auteur avait prévu 7 tomes, voire plus, mais des conflits éditoriaux lui auraient fait renoncer à l'écriture pour toujours.

Cette chronique de lecture est originellement parue le 24 mai dans Lecture sans frontières, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles d'A Girl from Earth.

Partager cet article

Repost 0
Published by A Girl from Earth - dans Amérique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Littératures de l'imaginaire
  • Littératures de l'imaginaire
  • : Ce blog consacré au défi 'Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents', regroupe les notes de lecture des participants qui veulent partager leur amour des littératures de l'imaginaire (SF, anticipation, fantastique, fantasy, conte...).
  • Contact

Recherche

Catégories