Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 00:02
ArcanesMM1.jpgLes arcanes du Midi-Minuit, de Gaudin/Trichet/Cézano/Guillo
Soleil, 47 pages, 12,901 €
Tome 1 : L'affaire du Nalta P312, de Gaudin, Trichet et Cézano - SBN 978-2845652156
Tome 2 : L'affaire de la ligne 11, de Gaudin, Trichet et Cézano -  ISBN 978-2845654785
Tome 3 : L'affaire « Collossos », de Gaudin, Trichet et Cézano - ISBN 978-2845657489
Tome 4 : L'affaire du Oungan, de Gaudin, Trichet et Cézano - ISBN 978-2849460597
Tome 5 : L'affaire Sylvak, de Gaudin de Trichet et Cézano - ISBN 978-2849465004
Tome 6 : L'affaire du détenu 3491, de Gaudin, Trichet et Cézano - ISBN 978-2302000032
Tome 7 : L'affaire Rivendalwn, de Gaudin, Trichet et Guillo -  ISBN 978-2302006331

Je continue sur ma lancée et je vous fais une nouvelle présentation qui entre dans le cadre du défi des Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents. Oui je sais, pour l'instant c'est le seul défi sur lequel j'ai posté, deux raisons à ça : la première c'est que j'ai choisi dans le cadre de ces défis des bandes dessinées, du coup ça va forcément beaucoup plus vite à lire que des romans. La seconde raison, c'est le fait que les autres challenges portent sur 2010, donc même si je sais que GeishaNellie n'a rien contre le fait qu'on commence dès maintenant, mais j'ai envie de faire les choses dans les règles.

Bon sans plus tarder, je vous présente, mon choix de livre pour l'Europe. Il s'agit de la bande bessinée Les arcanes du Midi-Minuit réalisée par Jean-Charles Gaudin (scénario), Cyril Trichet (dessin), Angélique Cézano et Yoann Guillo (couleur - Angélique pour les 6 premiers tomes). Les arcanes du Midi-Minuit sont éditées chez Soleil depuis 2002, à l'heure actuelle 7 tomes sont sortis (je n'ai lu que les 6 premiers pour le moment).

C'est une BD fantastique, se déroulant dans un univers steampunk. On y suit les enquêtes de Jim Mc Kalan et sa cousine Jenna. Jim et Jenna sont liés ensemble, si bien qu'ils ne peuvent pas cohabiter (on ne les voit jamais ensemble) et lorsque l'un des deux atteint la fin du temps qui lui est imparti dans le monde, il doit poser ses mains sur une surface réfléchissante, afin que l'autre puisse prendre sa place.

Chaque tome de la série est consacré à une affaire (il arrive que certaines affaires soient liées ensemble, il est donc préférable de lire les tomes dans l'ordre).

Mon avis
Pour ma part, j'aime énormément cette BD et ce pour plusieurs raisons. Tout  d'abord, le dessin de Trichet colle bien avec l'ambiance steampunk, en bref ça passe tout seul.
Le concept des héros interchangeables est super sympa et bien exploité, puisque chacun des personnages à son rôle à jouer et des méthodes qui lui sont propres. Comme personne ne connaît leur secret ça entraîne parfois des quiproquos, des situations loufoques, etc., qui détendent l'atmosphère.
En bref, je vous recommande chaudement Les arcanes du Midi-Minuit, c'est vraiment que du bonheur.

Cette chronique de lecture est originellement parue le 8 décembre dans Les lectures de Mr. Zombi, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Johan.
Repost 0
Published by Johan - dans Europe
commenter cet article
10 décembre 2009 4 10 /12 /décembre /2009 00:08
Éthiopiques (1956) de Léopold Sédar Senghor
Lu dans Œuvres poétiques aux éditions du Seuil
ISBN 978-2-02-086092-5 - Illustr. Daniel Bohbot
 
L'auteur (présentation de l'éditeur)
Né à Joal, au Sénégal, le 9 octobre 1906, Léopold Sédar Senghor vient à Paris terminer ses études, au lycée Louis-le-Grand et à la Sorbonne. Agrégé de grammaire en 1935, il enseigne à Tours puis à Saint-Maur des Fossés. Mobilisé en 1939, il est fait prisonnier en juin 1940, réformé pour maladie en janvier 1942, et participe à la Résistance dans le Front national universitaire. L'année 1945 marque le début de sa carrière politique. Élu député du Sénégal à plusieurs reprises, membre de l'assemblée consultative du Conseil de l'Europe, il est, en outre, plusieurs fois délégué de la France à la conférence de l'UNESCO et à l'assemblée générale de l'ONU. Secrétaire d'État à la présidence du Conseil, il devient maire de Thiès au Sénégal, en novembre 1956. Ministre-conseiller du gouvernement de la République française en juillet 1959, il est élu premier Président de la République du Sénégal, le 5 septembre 1960. Il sera réélu à cette fonction en 1963, 1968, 1973, 1978, avant de se démettre de ses fonctions le 31 décembre 1980. Il se retire alors de la vie politique et s'installe en Normandie. Considéré comme le plus grand poète noir d'expression française, chantre de la négritude et très proche d'Aimé Césaire, Senghor a reçu de très nombreuses distinctions et prix littéraires. Il fut docteur honoris causa de trente-sept universités, élu à l'Académie française le 2 juin 1983 et continua à publier des poèmes et à développer sa pensée sur la négritude et le métissage culturel, jusqu'à sa mort le 20 décembre 2001, à Verson.

Le recueil
J'imagine que choisir comme première œuvre un recueil de poésie peut paraître curieux, mais l'intitulé de 'littératures de l'imaginaire' peut couvrir tellement de choses que je n'ai pu m'empêcher d'y inclure la poétique. Éthiopiques est le troisième recueil de Senghor, après Chants d'ombre (1945, sur sa vie d'étudiant) et Hosties noires (1948, sur la guerre et la condition du soldat de l'armée coloniale), et il y développe une poésie incantatoire, hautement symboliste, sur des thèmes issus de ses racines sénégalaises, en quatre parties : divers poèmes, Chaka (long dialogue sur la révolte), Épitres à la Princesse et enfin D'autres chants.

« Je te nomme Soir, ô Soir ambigu, feuille mobile je te nomme.
Et c'est l'heure des peurs primaires, surgies des entrailles d'ancêtres.
Arrière inanes faces de ténèbre à souffle et mufle maléfiques !
Arrière par la palme et l'eau, par le Diseur-des-choses-très-cachées !
Mais informe la Bête dans la boue féconde que nourrit tsétsés stégomyas
Crapauds et trigonocéphales, araignées à poison caïmans à poignards.
Quel choc soudain sans éclat de silex ! Quel choc et pas une étincelle de passion. » (L'homme et la bête)

Comme on peut le voir sa parole est haute et se base sur le rythme. Admirateur de Saint John Perse, il utilise la magie des mots de cette langue propice à l'abstraction qu'est le français pour stimuler l'imaginaire, y propulsant du concret par le biais de l'association libre (dans la lignée du surréalisme donc).

« Il m'a dépêché un cheval du Fleuve sous l'arbre des palabres mauves. » (Messages)

« Mais le poème est lourd de lait et le cœur du Poète brûle un feu sans poussière. » (L'absente)

Le recueil se clos sur une postface, Comme les lamantins vont boire à la source, où Senghor prend la défense du mouvement de la poésie nègre et en profite pour préciser deux ou trois choses quant à la sienne propre : « Tel reproche à Césaire de le lasser par son rythme de tam-tam, comme si le propre du zèbre n'était pas de porter des zébrures. » Il défend son paradoxe de poète noir qui écrit d'abord pour son peuple, et pourtant écrit dans la langue de l'envahisseur : « Parce que nous sommes des métis culturels, parce que, si nous sentons en nègres, nous nous exprimons en français, parce que le français est une langue à vocation universelle, que notre message s'adresse aussi aux Français de France [...] Le français, ce sont les orgues qui se prêtent à tous les timbres, à tous les effets, des douceurs les plus suaves aux fulgurances de l'orage. Il est, tour à tour ou en même temps, flûte, hautbois, trompette, tam-tam et même canon. »

Voilà de la grande et belle poésie, hermétique sur le sens, mais si belle quand on la récite à voix haute, et je ne résiste pas à un ultime envol :
« Ce soir Sopé, ton visage est un ciel de pluie que traversent furtifs les rayons de tes yeux.
Oh ! Le barrit des lamantins vers Katamague hô ! quand il ébranlait les villages nocturnes.
Le poulet blanc est tombé sur le flanc, le lait d'innocence s'est troublé sur les tombes
Le berger albinos a dansé par le tann, au tam-tam solennel des défunts de l'année.
Les Guélowârs ont pleuré à Dyakhâw mais quel prince est parti pour les Champs-Méridiens ?
Comment dormir ce soir sous ton ciel qui se ferme ? Mon cœur est un tam-tam détendu et sans Lune. »

Une chronique de Jeff.
Repost 0
Published by Jeff - dans Afrique
commenter cet article
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 00:02
Voilà (enfin) la présentation d'une lecture faite dans le cadre d'un des défis auxquels je me suis inscrit. Bien évidemment comme je ne suis pas du tout organisé, je vais commencer par la fin. Cet article est donc réalisé dans le cadre des Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents. J'ouvrirai donc le bal avec l'Océanie et Ben Templesmith.

Ben Templesmith est un dessinateur australien, qui fait essentiellement du Comics. Voici Wormwood, le premier Comics qu'il réalise seul de A à Z (scénar, dessin et couleurs), par contre c'est assez violent (enfin pas tant que ça, mais l'ambiance est glauque à souhait), très déjanté et le langage est plutôt cru, donc à ne pas mettre entre toutes les mains.

En France Wormwood est publié par Delcourt, deux tomes sont disponibles à l'heure actuelle (pour l'instant j'ai lu seulement le premier).
Tome 1 : Gentleman Zombie (2008)
Tome 2 : Ça fait mal quand je fais pipi... (2009)

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Wormwood le personnage principal n'est pas un zombi, mais un asticot doué de parole qui squatte le corps d'un dandy mort (d'où le zombi en costard cravate ^^).

Accompagné de Mr. Pendule (un robot barbu incomplet à qui il manque de nombreuses fonctionnalités) et de la strip-teaseuse Médusa, il passe son temps à sauver le monde (ou au moins la boîte de strip-tease où il zone, c'est déjà pas mal) d'invasions démoniaques et autres phénomènes surnaturels.

Mon avis
Personnellement j'ai beaucoup aimé ce premier tome (je trouve que la série a un bon potentiel et j'ai hâte de pouvoir lire le deuxième) parce qu'on y retrouve des tas de choses qui me plaisent (des zombis, des flingues, des bestioles démoniaques, etc.).
L'ambiance est très glauque et décalée et le dessin de Ben Templesmith est tout simplement génial (même si je doute que son style plaise à tout le monde). En bref, j'ai vraiment fait une découverte très agréable (qui me donne envie de m'intéresser aux autres œuvres auxquelles il a participé).
Pour finir, si vous avez l'occasion, je vous conseille fortement Wormwood (au moins de le feuilleter), ne serait-ce que pour découvrir l'univers et le dessin déjanté de Templesmith et qui sait, peut être que ça vous plaira ^^

Wormwood Tome 1 : Gentleman Zombie par Ben Templesmith (Delcourt) 121 pages (14,95 €) ISBN 978-2756014043
Wormwood Tome 2 : Ça fait mal quand je fais pipi... par Ben Templesmith (Delcourt) 106 pages (13,95€) ISBN : 978-2756019154

Cette chronique de lecture est originellement parue le 5 décembre dans Les lectures de Mr. Zombi, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Johan.
Repost 0
Published by Johan - dans Océanie
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 13:17
Bonjour à toutes et à tous, je m'appelle Johan (alias Mr. Zombi), j'ai 24 ans et je suis bibliothécaire en Côte d'Or. Suite à certains challenges de lecture bien sympas que j'ai trouvés sur le Net, j'ai décidé de me lancer dans l'aventure et de me créer un blog consacré principalement à mes lectures (il est donc tout récent et pas encore très fourni ^^).

J'essaye de lire un peu de tout, mais mes genres littéraires préférés restent le fantastique et la SF, en dehors de ça je suis un grand fana de BD sous toutes ses formes (manga, comic, franco-belge, etc.).

Forcément dès que j'ai vu ce défi, pas trop contraignant au niveau du délai et des œuvres choisies, je me suis dit banco et je me suis inscrit. Ce qui m'a le plus motivé à le faire, c'est de découvrir des auteurs venant de continents que je n'ai pas forcément l'habitude de lire (je pense à l'Afrique notamment) même si ce n'est pas forcément aisé de trouver ensuite (ça rajoute un peu de piment et de challenge ^^).

Du côté de ma liste (qui est susceptible de changer) :
Afrique (Afrique du Sud) : Adamastor, d'André Brink
Océanie (Australie) : Wormwood, de Ben Templesmith (comic)
Europe (France) : Les arcanes du Midi-Minuit, de Jean-Charles Gaudin (BD)
Asie (Japon) : Fairy tail, de Hiro Mashima (manga)
Amérique (États-Unis) : Le fleuve de l'éternité, de Philip José Farmer

Adresse de mon blog : http://mrzombi.over-blog.fr/
 
En espérant n'avoir rien oublié, je vous souhaite une bonne journée (ou soirée selon l'heure de lecture ^^).
Repost 0
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 15:36
Voici le huitième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
53 articles (dont 3 en novembre) ; 9 participants (8 filles et 1 gars : Jeff qui s'est d'ailleurs inscrit pour un deuxième tour) ; 10 liens
3 chroniques pour l'Afrique, 5 pour l'Amérique, 4 pour l'Asie (dont une divisée en 6 articles), 7 pour l'Europe (dont une hors-défi) et 3 pour l'Océanie (dont une divisée en 3 articles)
10 pages
378 visiteurs ont vu 710 pages (c'est bien plus que les mois précédents) mais n'ont posté que 3 commentaires ; 3 inscrits à la newsletter (un nouvel inscrit aujourd'hui !)
Provenances des visiteurs : 35 % provenance directe, 12 % communauté plateforme, 8 % provenance externe, 45 % moteurs de recherche - (Les nouveaux pays sont en rouge) Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Cameroun, Canada, Colombie, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Maroc, Maurice (île), Moldavie, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Vous vous rappelez qu'il stagnait à 6 ou 7 avec quelques pointes entre 11 et 20 ? Eh bien quand il est monté à 16 (le 2) et à 21 (le 5), je me suis dit OK ! Mais quelle surprise de le voir grimper après le 10 : 26, 31, 34, 39, 44, 45 !!!

Les pays choisis
Afrique : 1. Cameroun, Nigéria - 2. Algérie, Congo/Brazzaville, Côte d'Ivoire, Djibouti, Sénégal - Nouveau pays choisi : Côte d'Ivoire
Amérique : 1. États-Unis - 2. Argentine, Canada, Cuba - Nouveau pays choisi : Argentine
Asie : 1. Japon - 2. Corée du Sud - 3. Inde, Thaïlande - Nouveau pays choisi : Inde
Europe : 1. Angleterre - 2. France - 3. Allemagne
Océanie : 1. Australie - 2. Nouvelle-Zélande

Les auteurs les plus choisis
1. Haruki Murakami (Japon) par 4 participantes
2. Jin-kyeong Kim (Corée du Sud) et Sara Douglass (Australie) par 3 participantes
3. Nix Garth et Lian Hearn (Australie), Andreas Eschbach (Allemagne), Abdourahman A. Waberi (Djibouti) et Amos Tutuola (Nigéria) par 2 participants

Les titres les plus choisis
1. L'école des chats (Corée du Sud) et la trilogie d'Axis par 3 participantes
2. Le clan des Otori (Australie), Aux États-Unis d'Afrique (Djibouti), La fin des temps (Japon), Kafka sur le rivage (Japon) par 2 participants

Les 10 articles les plus consultés
Quelques auteurs de l'imaginaire pour l'Europe
1984, de George Orwell : le roman qui a déclenché ce défi
Quelques auteurs de l'imaginaire pour l'Amérique - 2
Marion présente Ayesha, la légende du Peuple Turquoise, d'Ange
A Girl from Earth présente Jésus vidéo, d'Andreas Eschbach
Sylvie présente Contes du centre algérien : contes de Kabylie, de Youssef Nacib
Marion de 'Mes lectures de l'imaginaire'
Catherine présente KIM Jin-kyeong et L'école des chats
Ryû de 'Le vallon fantastique'
Sylvie présente Tristes revanches, de Yôko Ogawa

Lorsque vous m'envoyez un article, n'oubliez pas de dire dans quelle communauté vous souhaitez qu'il soit placé. Pour vous faire une idée du contenu de ces communautés, vous pouvez consulter Sur les communautés (nouvelle communauté Nos contes préférés) et voir leurs spécificités (SF, fantastique, contes...).

Bonne continuation à tous et merci aux visiteurs fidèles et aux nouveaux visiteurs en espérant qu'il y aura encore de nouveaux participants.

Un petit lien pour vous signaler un défi « concurrent » consacré uniquement à la science fiction (à tous ses genres) : SF 2010 créé par GeishaNellie de La bouquinerie au coin des deux colombes le 2 novembre.
En une semaine, il y avait déjà plus de 30 inscrits, argh ! Tant mieux pour ce défi mais quand je pense qu'en 8 mois, je n'ai que 9 participants - moi y compris - pour un défi qui couvre toutes les littératures de l'imaginaire...
Peut-être que ce sont les 5 continents qui font peur aux éventuels lecteurs ?
Repost 0
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 08:39
Par le fer, la légende de Kerowyn, de Mercedes Lackey
Milady, juillet 2009, 344 pages, ISBN 978-2811201425
Traduit de l'américain par Rosalie Guillaume

Résumé
Depuis la mort de sa mère, Kero est contrainte par son père de tenir le rôle de l'intendante du château, alors qu'elle n'aspire qu'aux combats, à la chasse et aux longues chevauchées. Elle cache les pouvoirs qu'elle sent frémir en elle, qu'elle ne comprend pas et qui feraient d'elle une paria. Car elle est Kerowyn, petite fille de la sorcière Kethry.
Mais, quand le mariage de son frère tourne au massacre, Kero se lance à la poursuite des assassins. Sur son chemin, elle rencontre Kethry et Tarma, la magicienne et la guerrière qui dans leur jeunesse ont fait l'objet de tant de chansons et de contes. Elle trouve aussi Besoin, l'épée magique de Kethry. Kerowyn ne souhaite plus qu'une chose : venger les siens pour se rendre digne de cet héritage et de ses dons magiques.

Mon avis
Attention ! Un chouilla de spoil.

Ça fait un certain temps que j'ai fini les deux livres des Serments et de l'honneur, où l'on avait pour principaux personnages Kethry et Tarma. J'ai été étonnée de les revoir dans ce livre. En effet, je n'avais pas lu la 4ème de couverture, parce que le simple fait que c'était de Mercedes Lackey m'a fait acheter ce bouquin, et je n'avais pas besoin de lire le résumé. Donc, j'ai été surprise, mais agréablement surprise, de voir que Kero était la petite fille de Kethry.
Comme toujours chez Mercedes Lackey, dès le début, on rentre dans l'histoire, on découvre les déboires de Kerowyn, avec un père qui ne s'occupe pas d'elle et qui la considère comme la bonne à tout faire. Une mère morte il y a quelque temps. Son frère est sur le point de se marier, et à vrai dire on a peu d'informations sur lui.
Lorsque le mariage est attaqué par une bande de pillards, seule Kerowyn fait quelque chose pour récupérer la fiancée de son frère. En effet, son père est mort, son frère blessé. Mais plus personne ne la regardera pareil après cet évènement et lorsque tout est rentré dans l'ordre, elle décide de partir de chez son frère.
Mais elle ne part pas bien loin. Elle va rejoindre sa grand mère, Kethry, et sa soeur de sang Tarma, qui ont réussi à reconstituer le clan de Tarma, et se sont retranchés dans une forteresse pas loin du château de la fille de Kethry, la mère de Kerowyn, si vous avez tout suivi !
Ça m'a fait bizarre de retrouver Kethry et Tarma à ce stade-là de leur vie. En effet, à la fin des Parjures, elles allaient former leurs écoles, et Kethry et Jadrek allaient reformer le clan de Tarma grâce à leurs progénitures. Mais dans Par le fer, on n'a aucune info sur tout ce qu'il s'est passé par la suite, comment le clan a été construit, les différents enfants de Jadrek et Kethry, et ça me manque beaucoup. Il y a un grand vide, qui j'espère sera comblé par le troisième tome des Serments et de l'honneur, Oathblood, qui n'a pas été traduit en français... On sait que Jadrek est mort, mais on ne sait pas la raison. Je me précipiterai donc bientôt sur Oathblood, et j'espère que lire Mercedes Lackey en anglais ne sera pas trop difficile.

Le livre est divisé en trois livres, qui relatent trois différentes époques pour Kero. La première est celle de sa jeunesse, du massacre du mariage, jusqu'à la fin de son entrainement par Tarma. Ensuite, c'est la période où elle est mercenaire. Et à la fin, c'est celle où elle est la capitaine de son clan de mercenaires. J'aime bien découvrir l'évolution de cette héroine à travers ces trois parties, de voir comme elle change au fur et à mesure de sa vie.
Ce que j'aime bien chez Mercedes Lackey, c'est aussi que parfois, on a l'impression de lire un Harlequin. Bon, je n'ai jamais lu d'Harlequin, mais je connais le principe de ces livres ! Et dans Par le fer, j'aime bien comment Mercedes Lackey relate les histoires amoureuses entre les personnages. Et il y a un moment, les relations entre Kero et Eldan, me font vraiment penser à un roman Harlequin. Et j'avoue que j'aime ça ! Mais bon, ici pas de gnangnan, c'est bien quoi !
Ce que j'ai aussi apprécié dans ce tome-là, c'est que l'on retourne à Valdemar, et il y a même une collaboration avec les Hérauts. Nous retrouvons aussi un personnage qui était présent dans la Trilogie des flèches, et j'aime beaucoup. Retrouver les Hérauts et les compagnons, j'ai adoré !
J'ai eu peur sur la fin, car il ne restait plus qu'un ou deux chapitres, et j'avais l'impression qu'il y avait encore tellement de choses à dire, que jamais tout ce que je voulais savoir ne serait éclairci avant la fin du livre. Et je crois d'ailleurs qu'avec chaque livre de Mercedes Lackey que j'ai lus, ça m'a fait ce coup-là. Mais comme toujours, nous avons le fin mot de l'histoire. Et la fin de ce livre, je l'adore vraiment ! J'aime comment tout se goupille pour que Kero puisse rester avec Eldan, ce qu'elle est devenue... Bref, j'adore.

Seul petit bémol à la lecture de ce livre : durant les combats que mène la compagnie de mercenaires de Kero, parfois ça m'a un peu ennuyée. Mais ça c'est vraiment à cause de moi, je ne suis pas vraiment fan des grosses bastons et batailles qui durent pendant des plombes. Mais ça reste tout de même correct hein, j'ai connu pire en longue bataille !

Donc voilà, je n'ai plus qu'à lire Oathblood à présent, en espérant que ça va répondre à toutes les questions que j'ai par rapport aux zones de blanc qu'il y a entre la fin des Parjures et le début de Par le fer. Je veux savoir ce qu'il s'est passé dans la vie de Tarma et de Kethry entre ces deux moments-là !

Note : 4/5

Autre commentaire
Voici le lien de l'article de Miss Mopi sur ce livre de Mercedes Lackey.

Cette chronique de lecture est originellement parue le 14 novembre dans Mes lectures de l'imaginaire, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Marion.
Repost 0
Published by Marion - dans Amérique
commenter cet article
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 14:49
Lundi mystérieux, de Garth Nix
Tome 1 des Sept clefs du pouvoir
Gallimard Jeunesse, 303 pages

Résumé
Le premier jour, il y eut une énigme.

Mon avis
Vous en conviendrez, le résumé n'est vraiment pas explicite. Et je crois que j'aurais de la peine à le résumer moi même... Car finalement l'intrigue est plutôt compliquée ! Il s'agit d'un garçon asthmatique nommé Arthur, qui, lors de son premier jour dans sa nouvelle école, tombe sur des personnages très bizarres, semblant sortir de nulle part. Il se voit malgré lui confier une clef et un calepin. Cette clef a des effets très positifs sur sa respiration : dès que sa peau entre en contact, il ne suffoque plus, il se sent bien. Mais très vite, des hommes à tête de chien vont le pourchasser afin de reprendre cette clef.
Je ne vais pas plus loin dans le résumé, histoire de ne pas tout gâcher ! D'ailleurs, j'ai moi-même eu de la peine à comprendre certaines parties de l'intrigue, il y a des explications que j'ai trouvées plutôt floues. Pour un roman jeunesse, je ne le conseillerais pas à des trop jeunes ! (Non pas qu'il soit choquant, mais vraiment que l'histoire n'est pas toujours très claire).
Bien qu'originale, je pense que si elle avait été mieux expliquée, avec moins de sous-entendus, cette histoire aurait pu être bien mieux. Parce que bon, on avance, on avance, on voit les aventures d'Arthur mais on ne comprend pas vraiment pourquoi. Et c'est dommage ! On nous parle de Testament, d'Ultime Volonté, de Grande Architecte, mais au final, on n'y connait rien... Vraiment dommage !
Sinon j'ai trouvé le rythme bien soutenu, il n'y a pas de temps mort, on n'a pas le temps de s'ennuyer. J'ai par contre eu de la peine à m'identifier au personnage, je l'ai trouvé trop parfait, trop chanceux, trop tout.
Mais malgré ces petits points négatifs, je ne me suis pas ennuyée et j'ai bien aimé. Ce n'est pas un chef-d'oeuvre à mon avis, mais ça se lit.

Ma note : 6 / 10

Livre lu dans le cadre du défi Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents, pour le continent Océanie, avec l'Australie.

Cette chronique de lecture est originellement parue le 13 novembre sur Carnet de lectures, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles d'Iani.
Repost 0
Published by Iani - dans Océanie
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 07:21
Rhô ben je ne fais que tomber sur des défis qui donnent envie. Là, ça fait plusieurs fois que je passe sur l'article en bavant, tant pis j'y vais.
Ma liste à lire fait plus de 300 ouvrages, tous ces défis vont me permettre de l'écluser un peu ;)

Voici donc ma liste à lire (j'ai eu du mal à choisir, et une fois fini je risque de rappliquer pour un deuxième round, je pense).

Afrique : En attendant le vote des bêtes sauvages, Ahmadou Kourouma (Côte d'Ivoire)

Amérique : L'heure du loup, Robert McCammon (États-Unis)

Asie : Râmâyana, Ashok K. Banker (Inde)

Europe : La fille du roi des elfes, Lord Dunsany (Angleterre)

Océanie : La trilogie d'Axis, Sarah Douglass (Australie)

Le vallon fantastique
Repost 0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 14:02
Voici le septième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
49 articles (dont 2 en octobre) ; 8 participants (7 filles et enfin 1 gars !) ; 9 liens
3 chroniques pour l'Afrique, 4 pour l'Amérique, 4 pour l'Asie (dont une divisée en 6 articles), 7 pour l'Europe (dont une hors-défi) et 2 pour l'Océanie (dont une divisée en 3 articles)
10 pages
240 visiteurs qui ont vu 416 pages et ont posté 9 commentaires ; 2 inscrits à la newsletter
Provenances des visiteurs : 28 % provenance directe, 9 % communauté plateforme, 10 % provenance externe, 53 % moteurs de recherche - (Les nouveaux pays sont en rouge) Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Belgique, Bénin, Bolivie, Brésil, Bulgarie, Cameroun, Canada, Colombie, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Hong Kong, Hongrie, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Maroc, Maurice (île), Moldavie, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Il stagne toujours à 6 ou 7 mais il y a eu plusieurs pointes : deux à 11 les 3 et 23, une à 12 le 26 et même une à 15 le 20.

Les pays choisis
Afrique : 1. Cameroun - 2. Algérie, Congo/Brazzaville, Djibouti, Nigéria - Nouveau pays choisi : Sénégal
Amérique : 1. États-Unis - 2. Canada - Nouveau pays choisi : Cuba
Asie : 1. Japon - 2. Corée du Sud - Nouveau pays choisi : Thaïlande
Europe : 1. Angleterre, France - 2. Allemagne - 3. Espagne - Nouveau pays choisi : Irlande
Océanie : 1. Australie - 2. Nouvelle-Zélande

Les auteurs les plus choisis
1. Haruki Murakami (Japon) par 4 participantes
2. Jin-kyeong Kim (Corée du Sud) par 3 participantes
3. Sara Douglass et Lian Hearn (Australie), Andreas Eschbach (Allemagne) et Abdourahman A. Waberi (Djibouti) par 2 participants

Les titres les plus choisis
L'école des chats (Corée du Sud) par 3 participantes
Le clan des Otori (Australie) par 2 participants
Aux États-Unis d'Afrique (Djibouti) par 2 participantes
La fin des temps (Japon) par 2 participantes
Kafka sur le rivage (Japon) par 2 participantes
La trilogie d'Axis (Australie) par 2 participantes

Les 10 articles les plus consultés
Quelques auteurs de l'imaginaire pour l'Europe
Quelques auteurs de l'imaginaire pour l'Amérique - 2
Bilbi présente La fin des temps, de Haruki Murakami
Bilan de Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents - 6
Marion présente Ayesha, la légende du Peuple Turquoise, d'Ange
Jeff (pas de blog)
Catherine présente KIM Jin-kyeong et L'école des chats
1984, de George Orwell : le roman qui a déclenché ce défi
Iani de 'Carnet de lectures'
Bilbi présente La faune de l'espace, d'A. E. Van Vogt

Lorsque vous m'envoyez un article, n'oubliez pas de dire dans quelle communauté vous souhaitez qu'il soit placé. Pour vous faire une idée du contenu de ces communautés, vous pouvez consulter Sur les communautés et voir leurs spécificités (SF, fantastique, contes...).

Bonne continuation à tous et merci à ceux (surtout à celles, en fait) qui soutiennent ce défi !
Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 08:35
Bonjour

Comme j'aime aussi le genre fantastique et la poésie, voici ma liste imaginaire (sans autre thème, sauf d'être éclectique) :

EuropeLa souris qui rugissait (The mouse that roared ; 1955) de Leonard Wibberley (Irlande) et Prenez garde à la souris (Beware of the Mouse ; 1962)

Amérique : L'île des amours éternelles (La isla de los amores infinitos ; 2006) de Daina Chaviano (Cuba)
Je suis désolé mais visiblement ma sélection n'était pas des plus rigoureuses et L'île des amours éternelles n'est pas un roman de science-fiction d'après ce que j'ai pu lire dessus sur le Net. Je vais donc devoir changer mon titre du premier tour pour un autre roman qui traîne depuis longtemps dans ma PAL : La trilogie martienne : Mars la rouge (Red Mars, 1992) - Mars la verte (Green Mars, 1993) - Mars la bleue (Blue Mars, 1996) de Kim Stanley Robinson (États-Unis). On se revoit dans quelques temps parce que c'est un gros pavé.

Asie : Les chroniques de l'Inquisition (1982-1985) de S.P. Somtow (Thaïlande)

Afrique : Éthiopiques (1956) de Léopold Sédar Senghor (Sénégal)

Océanie  : Le clan des Otori (2002 -2007) de Lian Hearn (Australie)

À bientôt,
Jeff

**********

Comme il n'y a pas de limite de temps, et que durant la recherche j'ai eu de multiples coups de cœur, j'ai déjà prévu un second tour que j'aimerais soumettre :

Europe : Sire Gauvain et le chevalier vert (XIVe siècle) d'anonyme (Grande-Bretagne)
Asie : Mahâbhârata (vers le IVe siècle) d'anonyme (Inde)
Amérique : Fictions (1944) de Jose Luis Borges (Argentine)
Océanie : Jennifer gouvernement (2003) de Max Barry (Australie)
Afrique : L'ivrogne dans la brousse (1953) d'Amos Tutuola (Nigéria)
Repost 0

Présentation

  • : Littératures de l'imaginaire
  • Littératures de l'imaginaire
  • : Ce blog consacré au défi 'Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents', regroupe les notes de lecture des participants qui veulent partager leur amour des littératures de l'imaginaire (SF, anticipation, fantastique, fantasy, conte...).
  • Contact

Recherche

Catégories