Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 17:27

Voici le treizième bilan de ce blog et du défi, qui ont fêté leur un an le 4 avril (désolée, je n'ai pas pensé à faire un article...).

Le blog
88 articles (dont 7 en avril) ; 17 participants (13 filles et 4 gars) ; 16 liens
7 articles pour l'Afrique, 11 pour l'Amérique, 12 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 17 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 9 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
11 pages, la nouvelle page étant Tous les défis sur les 5 continents
377 visiteurs ont vu 657 pages et ont posté 14 commentaires ; 4 inscrits à la newsletter
Provenances des visiteurs : 50 provenance directe, 2 % communauté plateforme, 10 % provenance externe, 38 % moteurs de recherche - (Les nouveaux pays sont en rouge) Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Il navigue entre 26 et 48 (une chute à 18 le 24...).

Les pays choisis
Afrique : 1. Nigéria - 2. Cameroun, Djibouti, Sénégal - 3. Afrique du Sud, Algérie, Congo/Brazzaville, Côte d'Ivoire - Nouveaux choix : Ghana, Tunisie
Amérique : 1. États-Unis - 2. Canada - 3. Argentine - Nouveau choix : Amérique centrale et du Sud (anthologie)
Asie : 1. Japon - 2. Inde - 3. Corée du Sud
Europe : 1. Angleterre - 2. France - 3. Allemagne, Espagne
Océanie : 1. Australie - 2. Nouvelle-Zélande

Les auteurs les plus choisis
1. Haruki Murakami (Japon) par 6 participantes
2. Amos Tutuola (Nigéria) par 5 participants
3. Sara Douglass (Australie) par 4 participantes

Les titres les plus choisis
1. La trilogie d'Axis (Australie) par 4 participantes
2. L'école des chats (Corée du Sud) par 3 participantes
3. Le clan des Otori (Australie), Aux États-Unis d'Afrique (Djibouti), Ma vie dans la brousse des fantômes (Nigéria), La fin des temps (Japon), Kafka sur le rivage (Japon), Jennifer gouvernement (Australie) par 2 participants

Le défi a un an (comme ça passe vite !) et continue de plus belle donc bon défi à tous !

PS : dès le 1er mai, vous pourrez profiter du nouveau design (j'en avais marre du vert !) : j'espère qu'il vous plaît et que vous reviendrez visiter ce blog avec encore plus de satisfaction !

Repost 0
29 avril 2010 4 29 /04 /avril /2010 19:12

Phooka.jpgRhalalaaa, je suis nulle pour les présentations ! Bref...
Je m'appelle Phooka, je suis toute nouvelle dans la blogosphère.
Je ne suis pas une jeunette :), j'ai beaucoup lu étant jeune, j'ai eu un passage à vide (boulot et enfant obligent) et puis je m'y suis remise depuis quelques années et en ce moment je dévore... Pour mon plus grand plaisir.
Je suis plutôt Fantasy, SF, fantastique etc. Et du coup quand je suis tombée sur ce défi Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents, l'idée m'a immédiatement titillée d'y participer !
Du coup j'en ai parlé à ma co-bloggueuse, Dup, qui elle, a flashé sur le défi concernant la littérature policière.
J'ai commencé à fouiner sur le Net, j'avoue que j'ai eu du mal à trouver mon défi pour l'Afrique, je suis même allée interviewer les gentilles dames de ma bibliothèque. Bref, rien que de chercher ma liste m'a déjà énormément plu, amusée et je suis conquise définitivement par l'idée. Un grand merci à Catherine pour cette excellente idée !

Mon, je devrais dire notre, blog c'est http://bookenstock.blogspot.com/, un blog sans prétention que je partage avec Dup et dans lequel nous essayons juste de parler de notre passion de la lecture !

Voici ma liste pour ce défi :
Afrique (Nigéria) : Amos Tutuola - L'ivrogne dans la brousse (commandé)
Amérique (Canada) : Dave Duncan - Les lames du roi (dans ma BAL)
Asie (Inde) : Ashok-K Banker - Le Râmâyana, Tome 1 : Le prince d'Ayodiâ (commandé)
Europe (France) : Pierre Pevel - La trilogie de Wieldstat (dans ma BAL)
Océanie (Australie) : John Flanagan - L'apprenti d'Araluen (dans ma BAL), ou Trudi Canavan - la trilogie du magicien noir (dans ma BAL aussi), ou Sarah Douglass - La trilogie d'Axis (dans ma BAL aussi... oui je sais elle est monstrueuse cette BAL)


Phooka - Book en stock

[La présentation du défi sur Book en stock]

Repost 0
Published by Phooka - dans Les participants
commenter cet article
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 00:03

Lelf.jpg

 

 

Après mon inscription au défi Nouvelles sur les 5 continents, me voici pour le défi Littératures de l’imaginaire sur les 5 continents.


Je m'appelle Lelf, je suis une grande fan des genres de l'imaginaire depuis quelques années. J'ai (re)découvert ces genres grâce à un ami, qui m'a également fait découvrir les nouvelles. Depuis, j'adore ce format et ma PAL croule sous les anthologies et recueils en tout genre. Pratique pour un tel (double) challenge.


Participer à ce challenge c'est autant, pour moi, faire baisser ma PAL (même si ça se fait relativement spontanément) que promouvoir un format un peu méconnu qui est pourtant très riche et qui regorge de merveilles.


J'ai déjà une liste, mais elle est susceptible d'évolution, vu que je n'ai pas encore bien cherché toutes les possibilités pour certains continents et que pour d'autres j'ai déjà une masse de recueils et d'anthologies.


Afrique : Poste à pourvoir : Jésus-Christ de Kojo Laing (Ghana) et Lettre au fils de Hamilcar Barca (Tunisie), toutes deux dans l'anthologie Utopiae 2005 chez L'Atalante. Une pierre, deux coups.


Amérique : pour ne pas choisir la facilité de l'étasunien qui se glisse facilement dans une anthologie, je choisis Dimension Latino, anthologie présentée par Sylvie Miller et publiée chez Rivière Blanche (Amérique centrale et du Sud).


Asie : pour l'instant, je pense à un recueil de Haruki Murakami (Japon), mais j'aimerais découvrir autre chose de la littérature asiatique de l'imaginaire, donc titre à voir.


Europe : Janua Vera, de Jean-Philippe Jaworski (France).


Océanie : Axiomatique, recueil de Greg Egan (Australie). Titre également susceptible de changer au fur et à mesure de mes découvertes.


Et vous retrouverez bien sûr toutes les chroniques de ces ouvrages et de bien d'autres sur mon blog consacré à la bande dessinée et aux littératures de l'imaginaire : Imaginelf (http://www.imaginelf.com). ^^


Voilà pour la présentation, je file faire la présentation du challenge sur mon blog. À bientôt !


Lelf

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 00:15

ChantAnges.jpgLe chant des anges, de Folco Chevallier

Timée éditions, novembre 2009, 274 pages, ISBN 978-2-35401-228-1


Attention, cette chronique contient des spoilers !


J'ai découvert cet auteur, grâce au partenariat entre Livraddict et Timée éditions, et je les en remercie.


L'histoire

Trois ans que Gabrielle a disparu. Trois ans que sa fille, Juliette, tente de la reconnaître dans les visages anonymes des rues de Los Angeles. Quand Juliette surgit dans les bureaux de Léo, son père, elle ne peut contenir sa joie : enfin, elle a retrouvé sa mère !

Las. Léo sait qu'il n'a plus le choix : il doit trouver le courage qu'il n'a jamais eu. Il doit avouer à sa fille de sept ans que sa mère, tuée dans un accident de voiture, ne reviendra jamais.

Mais aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres. Aujourd'hui, Léo va échapper à la mort. Aujourd'hui, Gabrielle va revenir à la vie. Aujourd'hui, quelqu'un va libérer le Chant des Anges…

 

J'ai beaucoup aimé ce livre, mais…

Je vais commencer par quelques critiques négatives. Pourquoi ? Pour finir sur une note positive.

En lisant les premières pages, je me suis dis que ce livre était très prometteur : l'histoire singulière à mi-chemin entre métaphysique, métempsychose et science avait de quoi susciter l'attention (qui ne cherche pas quelques réponses aux mystères de la vie ?). Mais j'ai eu quelques déceptions…


Tout d'abord les clichés. Il y en a pas mal tout le long du livre, et je trouve ça dommage car cela dénote un manque déterminant de culture et de savoir-faire :

- le PDG de grosses boîtes qui roule en Ferrari (très caricatural)

- les militaires qui font une expérience qui leur échappe (déjà vu 10 000 fois)

- les militaires qui débarquent en Hummer

- la mort de deux personnages principaux, juste au moment où ils vont donner une info très importante (plus cliché, on ne peux pas)

- le démarrage d'une voiture en dénudant les fils

- l'abandon de Léo, qui lui permet de se réveiller.

Etc., etc.

 

J'ai également noté quelques petites choses bancales :

La mort stupide de Frank qui tombe dans un ravin, puis rien… C'est un des personnages principaux, s'il est là, c'est pour faire quelque chose, mais en fin de compte, rien, hop ! Il meurt…

À un moment donné, on a du mal à comprendre si Léo est dans la réalité ou pas…

L'ange qui réunit Gabrielle et sa fille, on se demande pourquoi il fait cela ? Que vient-il faire ici ? À la fin, il décide… Mais de quoi ?... De garder « réel » le jardin ?...

Comment Juliette peut-elle continuer à voir sa mère ? Juliette était censée arrêter le phénomène, mais on ne sait pas pourquoi, d'autant plus que ça ne marche pas. Du coup, la relation entre « mystique » et « science » devient boiteuse.

 

Un point sur l'écriture…

Elle manque de fluidité, et donne un peu l'impression d'un langage parlé, mais je dirais que, pour un premier roman, ce n'est pas trop mal. Il y a un gros manque de description visuelle « poétique ».

 

Léo ne m'a pas touchée : il n'avait pas assez de profondeur.

Contrairement à d'autres, je n'ai pas du tout aimé les coupures dans l'histoire avec le blog de Franck. J'ai trouvé que cela hachait l'histoire et faisait systématiquement retomber le suspense. Du coup, l'intrigue avait du mal à décoller.

 

Cela fait beaucoup de points négatifs, c'est sûr, mais je pense que ce livre, cette histoire, cet auteur ont un avenir. Parce qu'il y a quelque chose dedans, une minuscule et infime envie de créer quelque chose de nouveau et de prenant. Même si je n'ai pas tout aimé, je suis restée accrochée jusqu'au bout car je voulais connaître le final. Et quand on en arrive là, c'est que quelque chose de bien ressort de tout ça : un potentiel énorme de créativité, d'action, de suspense et de sentiments.

 

Un point positif : j'ai beaucoup aimé Juliette, pleine de vie, espiègle et mignonne.

 

Pour conclure, je souhaiterais dire à Folco Chevallier de ne pas se vexer de ma critique car je suis sûre que ses romans à venir (et j'espère qu'il y en aura) monteront vite la pente et se classeront parmi les meilleurs romans à suspense.

 

Livre lu dans le cadre de :

- Partenariat entre Livraddict et Timée éditions

- Défi SF 2010 (2/3)

- Défi Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents (1/5)

 

D'autres billets sur ce livre : Valunivers, Madly Pagal, Lire et délires, Read-iQL, Un brin de lecture, Sorcellerie, Raconte-moi une histoire !, Les escapades culturelles de Frankie.

 

Cette chronique de lecture est originellement parue le 13 avril dans Books@Lot, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Lady Scar (Nadège).


Repost 0
Published by Lady Scar / Nadège - dans Europe
commenter cet article
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 00:06

PorteursAmes.jpgPorteurs d'âmes, de Pierre Bordage
Le Livre de Poche/Thriller, juin 2009, 436 pages

Un signe qui ne trompe pas, c'est le livre dont vous tournez les pages sans même vous en rendre compte, que vous sortez fébrilement dans les transports en commun ou en attendant quelqu'un, et que vous vous étonnez d'avoir terminé en une semaine à peine alors que vous mettiez trois jours à lire une demi-page d'un manga quelques jours auparavant.

C'est bien sûr le cas de ce roman de Pierre Bordage (sinon je ne le présenterais pas comme ça aussi faut dire ), que j'ai dévoré comme ça faisait longtemps que je n'avais pas dévoré un livre.

Pourtant je n'ai pas l'impression d'avoir lu le livre du siècle mais c'est le rythme des intrigues, la façon dont l'auteur les développait, qui a été particulièrement efficace avec moi, et tant mieux, c'est vraiment le genre de lecture dont j'avais besoin en ce moment pour me remettre sur les rails de la lecture.

Trois histoires qui se déroulent en parallèle, celle de Léonie, clandestine et sans papiers à Paris, celle de Cyrian, étudiant aspirant à faire partie des Titans, confrérie secrète côtoyée par l'Élite et qui a développé une technologie révolutionnaire, celle d'un flic en fin de carrière, désillusionné et bougon (comme on les aime), dont la vie va être bouleversée par la découverte d'une série de cadavres dans la Marne.

Chacune poursuit son cours indépendamment des autres et s'achève en plein suspense à chaque fin de chapitre (l'horreur !), et forcément on se demande ce qui les relie les unes aux autres. La lumière se fait assez rapidement (vu qu'on lit vite comme je disais plus haut), et le thème qui les lie, s'il ne m'a pas anéantie par son originalité, est fort bien traité.

L'idée de ce thème m'a un peu perturbée mais pourquoi pas après tout, le titre en dit assez pour que je n'en rajoute pas, j'ai trouvé la plausibilité de ce phénomène trop faible peut-être pour y adhérer et me laisser porter du coup par ce que pourrait représenter sa réalité...

... cela dit, ce qui fait aussi la richesse de ce récit, c'est qu'en dehors de ce thème principal et l'idée de ce que cela pourrait changer dans notre monde et notre perception des choses, l'auteur aborde également différents sujets très éloignés les uns des autres qu'il développe dans chaque histoire, pointant du doigt une certaine injustice sociale et une indifférence générale aux problèmes qui nous entourent, affichant la bêtise humaine manifestée dans différentes contextes, bref, un beau melting-pot de différentes choses où l'auteur explore l'âme humaine sous toutes ses coutures dans ce qu'elle a de plus sordide, tout en laissant filtrer un rayon d'espoir au travers de ses anti-héros animés en cours de route par l'amour et autres bons sentiments.

Bon, j'ai trouvé ça parfois un peu caricatural, fourre-tout et un poil idéaliste, à l'image de ces histoires qui commencent trop mal et finissent trop bien, mais bon, c'est aussi le privilège du romancier d'offrir du rêve autour de notre (parfois noire) réalité.

Un très bon moment de lecture après Wang, le seul livre de Pierre Bordage que j'ai lu à ce jour, une envie confirmée de lire les autres romans de cet auteur.

Également brillamment commenté par Géraldine.

Lu dans le cadre du défi Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents (DAL 3 - 5)

Cette chronique de lecture est originellement parue le 11 avril dans Lecture sans frontières, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles d'A Girl from Earth.


Repost 0
Published by A Girl from Earth - dans Europe
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 14:35

Pogo.jpgBonjour,

Je suis simplement un jeune travaillant dans une bibliothèque et étant passionné de livres, avec une préférence pour la littérature fantastique.

Mon blog a vu le jour suite à une discussion avec une de mes collègues qui en possède également un. Mon but est simplement de partager mes lectures avec ceux que cela peut intéresser.

Je n'ai actuellement aucune idée de ce que je vais lire, mais cela ne saurait tarder !
 
Afrique :
Amérique :
Asie :
Europe :
Océanie : 

Pogo -
http://fantasycomics-reader.over-blog.com/

 

Repost 0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 14:54

TrilogieMars.jpgRhâââ !! Enfin ! Après trois mois de lecture, je viens de terminer la trilogie martienne de Robinson dont voici la critique pour le défi de Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents.


La trilogie martienne : Mars la Rouge - Mars la verte - Mars la bleue, de Kim Stanley Robinson (2006)
Omnibus/SF (édition intégrale avec une préface de l'auteur), 1650 pages, ISBN2-258-07022-8

Traduit de l'américain par Michel Demuth et Dominique Haas (Red Mars, 1993), Michel Demuth (Green Mars, 1993) et Dominique Haas (Blue Mars, 1996)


L'auteur
 

 

Kim Stantley Robinson, né le 23 mars 1952 dans l'Illinois, suit des études de littérature et obtient son doctorat en lettres anglaises à l'Université de Californie de San Diego en 1982 avec une thèse très remarquée Les romans de Philipp K. Dick. Sa première œuvre de fiction, la trilogie des Trois Californie, pas entièrement traduite en français, est empreinte d'un profond souci d'écologie et de développement social et d'une documentation scientifique très poussée, thèmes qui marqueront toute son œuvre.

Il obtient la consécration dans les années 90 avec la Trilogie martienne, sur la terraformation de Mars dans les deux cent prochaines années, devenue un classique de la science-fiction, mais aussi S.O.S. Antartica (1997) et les Chroniques des Années Noires (2002). Marié et père de deux enfants, il réside actuellement à Davis en Californie, où il œuvre à sa nouvelle trilogie, consacrée aux catastrophes liées à un réchauffement climatique.


 Les romans


KSRobinson.pngMars la rouge (Prix Nebula et British S.F Award 1993) : 2026, cent colons sont envoyés sur Mars poser les bases de la colonisation. Cent scientifiques, aventuriers, ingénieurs, médecins – et un passager clandestin – en complète autarcie les vingt premières années, qui auront à affronter un monde vierge, hostile, et terriblement beau. La pression d'une Terre surpeuplée et de multinationales avides de profits poussent à la terraformation et les projets pharaoniques se succèdent : densification et réchauffement de l'atmosphère, adaptations génétiques à la vie sur Mars, construction de cités sous tente, installation d'un ascenseur spatial... Et alors que les Cent Premiers se déchirent dans des luttes d'influence et de pouvoir, d'autres colons s'installent. Mais l'assassinat de John Boone, légende vivante en tant que premier homme à avoir posé le pied sur Mars et figure emblématique de la marsification des esprits, et la pression démographique sur un monde encore inadapté à l'homme, poussera au Soulèvement de 2061, une révolte désorganisée et vite réprimée par la Terre, dans une violence inouïe.


Mars la verte (prix Hugo et Locus 1994) : une trentaine d'année après le Soulèvement, la colonisation industrielle a continué et les Cent Premiers, devenus hors-la-loi vivent en autarcie dans la calotte antarctique. Des premières générations autochtones émerge de nouveau le désir d'indépendance d'une Terre aux mains des Métanationales, conglomérats d'entreprises ayant les États à leur botte. Car le modèle capitaliste n'a pas cours sur la nouvelle Mars : un traitement contre la sénescence rendant presque immortel, une faible densité de population et un nouveau modèle économique contribuent à l'émergence d'une nouvelle société égalitaire. Guidés par les Cent Premiers survivants, les différentes factions révolutionnaires se liguent en 2128 dans une nouvelle révolution, pacifique cette fois, profitant de la viabilité à basse altitude sur leur planète et d'une catastrophe climatique qui chamboule les institutions terriennes. L'indépendance est accordée et une Constitution Martienne est adoptée.


Mars la bleue (prix Hugo et Locus 1997) : le dernier roman se déroule dans les cent années qui suivent l'indépendance, et suit les luttes de pouvoir sur Mars, qui s'isole dangereusement d'une Terre de plus en plus surpeuplée. Les gouvernants passent des alliances avec les autres colonies du système solaire – Mercure, Vénus, les astéroïdes, les lunes de Jupiter, Saturne et Uranus commençant en effet à être peuplés grâce à l'invention de fusées pulsées qui réduisent considérablement les distances. Les modérés assistent impuissants à cette fermeture de Mars, entraînant une immigration clandestine et des problèmes d'assimilation des migrants. Mais les Cent Premiers reviendront une dernière fois sur le devant de la scène, pour une troisième révolution, menant à la pacification du système solaire, tandis que les premiers colons intersidéraux sont envoyés vers le Alpha du Centaure...


Mon avis

 

« Demain. Cent pionniers s'envolent pour Mars. » Le décor est planté et commence une formidable épopée. Rares sont les œuvres de cette ampleur, les ouvrages de science-fiction si documentés et les anticipations si profondes (l'auteur a passé près de 17 années à ses recherches). L'auteur ne ménage pas le lecteur : il n'évite aucun domaine, n'écarte aucune conséquence de ses inventions, passant aisément de la physique à la biologie, de l'économie à la psychanalyse, de l'écologie à l'ingénierie ou des mathématiques à la philosophie. Certes le style est parfois un peu technique et les exposés didactiques qui se succèdent parfois un peu trop fréquemment peuvent lasser, mais ils participent d'une sensation unique une fois que le livre se referme, un mélange entre la satisfaction et le soulagement d'avoir terminé et la certitude d'avoir grandi par le voyage opéré. Les perspectives sont tout à fait crédibles, et je dois louer l'auteur en tant que scientifique, spécialiste en mathématiques et assez calé en physique et en biologie, car s'il spécule sur les découvertes et inventions futures, elles sont toutes franchement probables et « hypothétiquement sérieuses », d'autant plus crédibles que ses explications sont claires et pédagogiques, ce qui est remarquable dans un ouvrage tout public (et en tant que pédagogue, j'admire la qualité de la vulgarisation sur les sujet les plus techniques, tels que la théorie des cordes, l'épistémologie ou la neurobiologie).

L'auteur procède par le biais de l'alternance des personnages « points de vue » : chaque roman est divisé en une douzaine de chapitre, chacun narré à la troisième personne mais entièrement centré sur un personnage dont on explore régulièrement les états d'âmes, ce qui procède d'une universalité du propos et fait varier les domaines d'étude dont les personnages sont spécialistes. Robinson fait en outre varier le style en fonction de la psychologie du personnage : très technique, construit et curieux de tout pour Saxifrage Russell, le savant fer de lance de la terraformation, ou Art Randolph, transfuge des métanationales et habile politique et sociologue ; souple et passionné pour les femmes, qu'elles soient centrées sur l'Art et la tragédie comme Maya Tatoivna ou sur le désespoir de voir Mars la Rouge se transformer pour la géologue Ann Clayborne (mon Dieu la beauté terrifiante des descriptions des inondations géantes et glissements de terrain meurtrier à la fin de Mars la Rouge...) ; amical, centré sur l'humain, la communication, la joie de vivre, pour les martiens, John Boone, Nirgal et Zo Boone, régulièrement hallucinés selon leurs obsessions (respectivement la drogue, la course à pied et le sexe)... Je ne reprocherais qu'une chose à ce système, c'est de ne pas varier suffisamment à mon goût : en effet on revient souvent dans les deux derniers tomes sur les personnages de Sax, Maya, Ann et Nirgal, ce qui, bien que les personnages soient très forts et rudement bien marqués, nuit à mon sens à ce que j'ai appelé plus haut « l'universalité du propos » (puisque du coup j'ai eu l'impression de voir mes horizons se refermer : la partie sur Zo Boone, la seule sur un individu de la quatrième génération indigène, passionnante quand aux descriptions de l'évolution des mentalités humaines, était très courte, et on revient de suite aux Cent Premiers, sombres vieillards trop proches de nous).

Ce qui m'amène à un autre point fort du livre : les personnages en eux-même. Robinson sait les faire vivre avec intelligence et beaucoup d'émotion, dans un univers pourtant étouffant de technicité. Peu d'auteurs de S-F peuvent s'en vanter à mon avis (Herbert ou Asimov sont de ceux-là, et c'est bien un des défauts de Clarke) et c'est une vrai force de son œuvre, qui acquiert ainsi une extraordinaire humanité. Comme pour l'aspect pédagogique qui donne son cachet à l'aspect scientifique, la force des caractères, par lesquels on voit l'action, ne l'oublions pas, permet au lecteur de rentrer dans le nouveau monde martien. Il voit des humains, de véritables hommes et femmes, avec des obsessions semblables et donc compréhensibles, portés par l'histoire, et par identification adhère de toute son âme aux prospectives utopistes qui mènent la trame de fond historique de la trilogie.


Car un aspect des plus intéressants pour moi a été, en plus des extrapolations scientifiques, les thèses sur les crises historiques et les étapes du développement humain (de la féodalité au capitalisme puis du capitalisme à la démocratie), excessivement intéressantes. Loin de se cantonner aux seules sciences, l'auteur développe en effet de nouvelles branches des sciences politiques et de l'économie. Préoccupé par la place de l'homme dans la Nature et la Société, il construit sous nos yeux une utopie qui se développe de par la position exceptionnelle de Mars, devenant une nouvelle Amérique. Imaginant une humanité libérée du capitalisme, soucieuse d'un développement harmonieux, du bien-être des individus qui la compose, dans une économie d'échange et de partage, garantissant certains services liés aux droits fondamentaux, et ce contre la simple recherche de profit, Robinson cherche à montrer qu'il peut exister un monde meilleur que celui que nous proposent nos dirigeants actuels (et je ne parle pas que des dirigeants politiques, mais aussi de philosophes, économistes et patrons d'entreprises). C'est là œuvre d'humaniste, par un moyen unique, la science-fiction, qui se montre ainsi une fois de plus un des outils de prospective littéraire, scientifique, philosophique et politique de premier rang (il est grand temps que certains esprits l'admettent !!!). Donc un grand merci à monsieur Robinson pour cette œuvre que je classe dans les rangs des plus grands livres de S-F catégorie « Prospectives futuristes » (un mélange de Hard Science, d'anticipation à long terme et de Space Opera en général) que j'ai pu lire, tels que Les Seigneurs de l'Instrumentalité de Smith, le triple cycle Robot-Trantor-Fondation d'Asimov ou Demains les chiens de Simak.



Extrait

 

« L'objectif n'est pas de faire une autre Terre. Ni un autre Alaska, un autre Tibet, pas plus qu'un nouveau Vermont, une nouvelle Venise, un nouvel Antarctique. L'objectif est de faire quelque chose de neuf et d'étrange, quelque chose de martien.

En un sens, nos intentions ne comptent même pas. Même si nous essayons de fabriquer une autre Sibérie, un autre Sahara, ça ne marchera pas. L'évolution ne le permettra pas, et pour l'essentiel il s'agit d'un processus évolutif, d'un effort qui se situe au-dessous de l'intention, comme quand la vie a miraculeusement sauté hors de la matière, ou quand elle a rampé hors de la mer pour atteindre la terre.

Une fois encore, nous luttons dans la matrice d'un monde nouveau. Bien sûr, tous les gabarits génétiques de notre biote sont terrestres. Les esprits qui les ont conçus sont terrestres. Mais le terrain, lui, est martien. Et le terrain est un ingénieur généticien tout-puissant, qui détermine ce qui va croître ou pas, qui dirige les différenciation progressives, et donc l'évolution des espèces nouvelles. Et au fil des générations, tous les membres d'une biosphère évoluent ensemble, s'adaptant au terrain en une réponse commune et complexe, une capacité d'auto-adaptation créative. Ce processus, quelle que soit la mesure dans laquelle nous y intervenons, échappe pour l'essentiel à notre contrôle. Il y a mutation des gènes, évolution des créatures : une nouvelle biosphère émerge et, dans le même temps, une nouvelle noosphère. Et, à terme, les esprits des concepteurs, comme toute chose, auront été irréversiblement changés. » (Mars la verte).

 

[Une chronique de lecture de Jeff]

Repost 0
Published by Jeff - dans Amérique
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 20:15
Voici le douzième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
81 articles (dont 6 en mars) ; 14 participants (11 filles et 3 gars) ; 14 liens
7 articles pour l'Afrique, 10 pour l'Amérique, 12 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 15 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 9 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
10 pages
402 visiteurs ont vu 775 pages et ont posté 10 commentaires ; 5 inscrits à la newsletter
Provenances des visiteurs : 2 % communauté plateforme, 8 % provenance externe, 38 % moteurs de recherche - (Les nouveaux pays sont en rouge) Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Il navigue entre 35 et 50...

Les pays choisis (pas de changement)
Afrique : 1. Nigéria - 2. Cameroun, Djibouti, Sénégal - 3. Afrique du Sud, Algérie, Congo/Brazzaville, Côte d'Ivoire
Amérique : 1. États-Unis - 2. Argentine, Canada
Asie : 1. Japon - 2. Corée du Sud - 3. Inde
Europe : 1. Angleterre - 2. France - 3. Allemagne, Espagne
Océanie : 1. Australie - 2. Nouvelle-Zélande

Les auteurs les plus choisis (pas de changement)
1. Haruki Murakami (Japon) par 5 participantes
2. Amos Tutuola (Nigéria) par 4 participants
3. Jin-kyeong Kim (Corée du Sud) et Sara Douglass (Australie) par 3 participantes

Les titres les plus choisis (pas de changement)
1. L'école des chats (Corée du Sud) et la trilogie d'Axis (Australie) par 3 participantes
2. Le clan des Otori (Australie), Aux États-Unis d'Afrique (Djibouti), Ma vie dans la brousse des fantômes (Nigéria), La fin des temps (Japon), Kafka sur le rivage (Japon), Jennifer gouvernement (Australie) par 2 participants

Bon défi à tous !
Repost 0
30 mars 2010 2 30 /03 /mars /2010 08:09
MichelAnagnoste.jpgMichel/Anagnoste - qui a participé au défi Littérature policière sur les 5 continents en 2009 - a parlé du défi de l'imaginaire sur son blog le 7 février 2010 (je suis un peu en retard, désolée).


Le défi des 'Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents'

À vos livres et à « vos claviers »

Comme l'an dernier, Catherine propose un nouveau défi littéraire. Il s'agit pour chaque participant de présenter un livre représentatif du sujet pour chaque continent.

Le règlement est en fait peu contraignant, il n'y a rien à gagner si ce n'est le plaisir de la lecture, du partage et de la découverte.

Pour en savoir plus, il faut consulter le site du défi des Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents de Catherine.

Bonnes lectures !

http://unlecteur.canalblog.com/archives/2010/02/07/16822895.html
Repost 0
Published by Catherine + Michel/Anagnoste - dans Autres articles
commenter cet article
29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 18:50
FairyTail1.jpgFairy Tail, de Hiro Mashima
Pika, 2008..., manga

Au programme d'aujourd'hui, une présentation dans le cadre du défi des Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents. Sans plus tarder, je vais vous parler de mon choix de lecture pour l'Asie.

Fairy Tail est un manga de Hiro Mashima, publié en France par les éditions Pika depuis septembre 2008. À l'heure actuelle, 11 tomes sont sortis en France (au Japon le tome 20 est sorti et la série est toujours en cours).

Dans le pays de Fiore, certains de ses habitants sont capables de manipuler la magie. Ces mages sont regroupés au sein de différentes guildes et accomplissent différentes missions, en fonction des différentes habiletés de leur membre.
La guilde Fairy Tail est une guilde assez renommée, mais leur réputation vient surtout du fait que chacune de leurs missions entraîne d'énormes dégâts collatéraux...
Lucy, une jeune mage qui peut contrôler les esprits des signes astologiques, rêve de faire parti de la guilde Fairy Tail.

Mon avis
Un manga très sympathique, plein d'humour et d'action. On y suit les aventures de Lucy et de certains membres de la guilde Fairy Tail. Le dessin de Mashima est de bonne facture, on évolue avec plaisir dans le monde imaginaire du pays de Fiore, les missions effectuées par les personnages principaux sont variées, intéressantes et le scénario est bien ficelé.
Il y a beaucoup de pouvoirs différents chez les mages, et certains sont vraiment bien pensés. Comme dans la plupart des shônen, on voit les personnages principaux évoluer au fil des combats et de leurs aventures, donc même si ça reste assez classique de ce point de vue-là, tout l'univers créé par Mashima est vraiment bon et vaut le coup de s'intéresser à l'histoire du pays de Fiore.
Le principe des guildes est également une bonne idée. C'est un concept très répandu dans les MMORPG (jeux vidéos en ligne massivement multi-joueurs) et comme il m'est déjà arrivé de jouer à ce genre de jeux, j'ai bien aimé le fait de retrouver cet aspect-là.
En bref, un manga qui, bien que reprenant les principaux codes du shônen, arrive à tirer son épingle du jeu, en proposant tout un univers original, avec des personnages hauts en couleurs.

Question bonus : si vous pouviez avoir un pouvoir magique, ce serait quoi ?

Cette chronique de lecture est originellement parue le 28 mars dans Les lectures de Mr. Zombi, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Johan.
Repost 0
Published by Johan - dans Asie
commenter cet article

Présentation

  • : Littératures de l'imaginaire
  • Littératures de l'imaginaire
  • : Ce blog consacré au défi 'Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents', regroupe les notes de lecture des participants qui veulent partager leur amour des littératures de l'imaginaire (SF, anticipation, fantastique, fantasy, conte...).
  • Contact

Recherche

Catégories