Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 14:27

TraverseeTemps.jpgLa traversée du temps, d'après l'œuvre de Yasutaka Tsutsui
Character design : Yoshiyuki Sadomoto
Dessins : Ranmaru Kotone
Asuka, 2008, 196 pages, ISBN ISBN 978-2-84965-326-5

Ce manga est l'adaptation d'un long métrage d'animation japonais, lui-même adapté d'un roman.

Les auteurs
Yasutaka Tsutsui est un romancier et occasionnellement un acteur japonais. Il est né à Osaka le 24 septembre 1934. Il a vite montré un goût marqué pour la science-fiction et a eu la chance que le grand maître du mystère de la littérature nippone, Rando Edogawa, s'intéresse à son œuvre. Cette reconnaissance a affermi sa vocation et c'est devenu un des écrivains dominant de la scène littéraire japonaise. Il a déjà reçu de nombreuses récompenses pour ses romans. Mais, dans les années 90, à la suite d'attaques de divers groupes de pression qui lui reprochaient de ne pas être « politiquement correct », il décida de ne plus rien publier...
Yoshiyuki Sadamoto est né le 29 janvier 1962 au sud du Japon. Il fait des études de design industriel et souhaitait devenir professeur d'arts plastiques.
Durant ses études, il fait quelques mangas qui lui permettent de gagner le prix du meilleur mangaka débutant. Il travaille également à mi-temps pour des studios d'animation.
Après son diplôme, dans les années 80, il devient character-designer sur plusieurs projets d'animes dont La traversée du temps en 2006.
Ranmaru Kotone est le dessinateur du manga reprenant les personnages créés par Sadamoto.
(source : Wikipédia)

L'histoire
Makoto Konno est élève en première au lycée et est inséparable de son ami d'enfance Kôsuke Tsuda et du nouvel élève Chiyaki Mamiya.
Mais leur quotidien à tous les trois va être bouleversé lorsque Makoto va découvrir qu'elle est capable de voyager dans le temps...
(source : 4e de couverture)

Mon avis
Il a fallu, en premier lieu, surmonté le 'problème technique' propre à la lecture d'un manga - pour une personne qui en lit peu même si elle aime ça - qui est de lire les cases de droite à gauche et de commencer le bouquin par la 'fin', ceci pour apporter un minimum de cohérence à l'histoire.
Une fois le livre bien pris en main, on peut alors apprécier à sa juste valeur cette histoire de lycéenne qui peut remonter le temps à sa guise mais qui apprend aussi qu'il faut accepter d'en payer le prix...
C'est très poétique mais néanmoins très énergique... parfois, un peu trop.
J'ai trouvé, en effet, que certains aspects de l'histoire auraient mérité d'être développés pour faciliter la compréhension de l'intrigue que l'on a parfois du mal à suivre.
La transition entre  certaines scènes laissent un peu à désirer et la fin m'a carrément paru 'floue'.
Certes, ce livre m'a plu par ses dessins clairs aux traits agréables, par ses personnages attachants et expressifs et par le thème qui aurait pu donner lieu à une histoire un brin plus profonde.
Mais, ce petit côté 'résumé' où l'on a l'impression qu'il faut que l'histoire tienne sur un nombre de pages précis quitte à ce que son déroulement en soit affecté, m'a laissée sur ma faim.
Ainsi, je ne suis pas sûre d'avoir réellement saisi tous les tenants et aboutissants de l'histoire, ce qui est un peu frustrant.
Peut-être aurait-il fallu lire le roman avant...

Cette chronique de lecture est originellement parue le 29 janvier 2011 dans Lucille a dit, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de LucilleAnne.

[Lien vers le nouveau blog de LucilleAnne]

Repost 0
Published by LucilleAnne - dans Asie
commenter cet article
31 décembre 2010 5 31 /12 /décembre /2010 13:39

Voici le vingt-et-unième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
127 articles (dont 2 en décembre) ; 21 participants (15 filles et 6 gars) ; 21 liens
9 articles pour l'Afrique, 18 pour l'Amérique, 14 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 22 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 16 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
11 pages ; 6 autres articles
388 visiteurs ont vu 548 pages (pas de commentaires) ; 4 inscrits à la newsletter

Provenances des visiteurs : 28 % provenance directe, 2 % communauté plateforme, 15 % provenance externe, 55 % moteurs de recherche - Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Macédoine, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
En dents de scie, entre 15 et 40...

De moins en moins de visiteurs, des notes de lecture qui n'arrivent pas... Je propose que le défi continue encore un trimestre jusqu'au 4 avril 2011 (date anniversaire des 2 ans) afin que les participants puissent terminer leurs lectures, et ensuite je pense qu'il s'arrêtera (mais il aura bien vécu quand même et on pourra passer à autre chose).

Belles fêtes de fin d'année à tous !

Repost 0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 23:23

JemeilJamla.jpgJemeil & Jamla est un album illustré de Patricia Musa et Salah El-Mur paru aux éditions Grandir en 2003 (28 pages, 16 €, ISBN 2-84166-225-X).

 

Patricia Musa est née en 1956. Elle a vécu en Afghanistan, en Égypte, au Liban et au Soudan : sa thèse portait sur les contes baggara et nouba du Soudan.

 

Salah El-Mur est né en 1966 à Khartoum (Soudan). Il est peintre, illustrateur, et ses œuvres ont été exposées dans de nombreux pays.

 

Deux enfants orphelins, Jemeil et sa sœur Jamla, vivent dans un campement avec des nomades. Ayant hérité de troupeaux (chameaux, vaches, moutons), ils sont riches. Mais sept jeunes hommes sont jaloux et manigancent de tuer Jemeil durant une chasse dans la savane. Deux fois, Jamla empêche son frère de se joindre aux méchants jeunes hommes mais à la troisième invitation, Jemeil est obligé d'y aller... Il se retrouve attaché durant plusieurs jours sur le dos d'une bête sauvage et survit par miracle. Sa vengeance sera terrible !

 

Jemeil & Jamla est un conte des éleveurs baggara du Soudan, recueilli (et traduit) par Patricia Musa à Ed Dilling (Soudan) en février 1989 auprès d'Alia El Acha. Il est illustré à l'encre sur papier par Salah El-Mur alors qu'il était à Nairobi (Kenya).

 

Les encres sont extraordinaires, surréalistes, mais le conte est cruel (vengeance et magnanimité).

 

J'avais dit que je lirais un conte pour Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents. Je termine donc ce défi avec ce conte du Soudan pour l'Afrique.

 

Cette chronique de lecture est originellement parue dans La culture se partage, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Catherine.

Repost 0
Published by Catherine - dans Afrique
commenter cet article
30 novembre 2010 2 30 /11 /novembre /2010 23:07

Voici le vingtième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
125 articles (dont 2 en novembre) ; 21 participants (15 filles et 6 gars) ; 21 liens
8 articles pour l'Afrique, 18 pour l'Amérique, 14 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 22 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 16 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
11 pages ; 6 autres articles
455 visiteurs ont vu 705 pages et ont posté 3 commentaires ; 4 inscrits à la newsletter

Provenances des visiteurs : 29 % provenance directe, 1 % communauté plateforme, 3 % provenance externe, 65 % moteurs de recherche - Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Macédoine, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Il a regrimpé, et navigue entre 29 et 43.

Vous voyez, j'avais dit que ce défi s'essoufflait vraiment !
Il reste 4 mois pour le terminer avant le 04 avril 2011, et je pense que - comme pour le défi Littérature policière sur les 5 continents - je ne prendrai plus de nouveaux participants après le 31 décembre 2010.

Repost 0
5 novembre 2010 5 05 /11 /novembre /2010 14:52

La grève des bourgeois, de Clément Vautel
Illustré par Marcel Capy

Évidemment, Clément Vautel ça ne dit pas grand chose, il fait partie de ces écrivains presque oubliés mais pas tout à fait tout de même. De son vrai nom Clément-Henri Vaulet, il est connu pour des romans populaires qui n'ont rien à voir avec la conjecture rationnelle : Mon curé chez les riches et Mon curé chez les pauvres. Ces deux romans étaient encore au catalogue du Livre de poche dans les années 1970 et ont été adaptés au cinéma à plusieurs reprises (dès 1925). Né en 1875 ou 1876 (la BNF indique la première date alors que l'encyclopédie Larousse donne la seconde) à Tournai en Belgique, il est mort en 1954 à Paris. C'est un polygraphe : journaliste, historien (de la petite histoire avec par exemple cet ouvrage publié en 1951 chez Albin Michel : Les maris, les amants et la femme, histoire des cocus célèbres depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours (1)), pamphlétaire (avec Le fou de l'Élysée (1) en 1939) nouvelliste, romancier parfois en collaboration comme avec Georges de la Fouchardière avec qui il cosigne La réouverture du Paradis terrestre (1919) et surtout La machine à fabriquer des rêves (1923) dans le domaine de la SF.

Dans le cadre de deux défis littéraires, Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents et Défi SF 2010, je vous propose une « fantaisie » (c'est ainsi que le texte de la nouvelle est présenté) de Clément Vautel : « La grève des bourgeois » (oui Lhisbei on met des guillemets pour les nouvelles et on réserve l'italique pour les romans :).

Notes (1) : Euh non rien :)

« La grève des bourgeois » est parue en 1919 dans le numéro 163 de Je Sais Tout.
Je Sais Tout était une publication de Pierre Lafitte (éditeur de la série Rouletabille de Gaston Leroux par exemple).
Nous proposons ici la reproduction des dessins de Marcel Capy qui accompagnent le texte.

 

GreveBourgeois1.PNG
Pourquoi rattacher cette fantaisie au domaine de la conjecture rationnelle ? Parce qu'il s'agit d'une anticipation, l'action se déroulant au milieu des années 1920.

Le texte s'ouvre sur un plaidoyer et présente le bourgeois comme « pressuré, opprimé, et par surcroît, bafoué » et occupant « la dernière place dans la société moderne que ses aïeux avait créée ». En cause ? Les impôts créés par un État socialisant bien sûr !

 

GreveBourgeois2.PNG
Vient ensuite la narration d'une journée du bourgeois : 7 heures, réveil, lecture des journaux (que le bourgeois doit aller quérir lui même au kiosque car le valet a eu l'ordre de son syndicat de ne commencer qu'à 10 heures) qui n'annoncent que des mauvaises nouvelles (grèves, reprises individuelles...) car la presse n'est plus que « rouge » (Le Drapeau Rouge, La Sociale, L'Égalitaire...). Quand le facteur arrive à 8 heures, c'est pour donner des feuilles d'imposition... La journée se poursuit, le bourgeois erre misérablement en butte à toutes les difficultés...

Mais dans les premiers jours d'avril 1926, une affichette est apposée partout dans Paris :

 

GreveBourgeois3.PNG
Un journal clandestin, La Voix des Bourgeois, défendant les bourgeois est donc lancé en même temps que la Confédération Générale des Bourgeois ! La CGT réagit mais le journal poursuit ses activités.

 

GreveBourgeois4.PNG
La Confédération Générale des Bourgeois passe à l'action en lançant le 20 avril 1926 un appel à la grève !

 

GreveBourgeois5.PNG


Et la grève commence le... 1er mai après des manifestations dans les rues. Tout le monde manifeste, les avocats évidemment mais même les membres de l'Académie française s'y mettent et arrêtent de travailler au dictionnaire.

 

GreveBourgeois6.PNG


Le lexique attendra, le mouvement s'étend rapidement. La CGT laisse faire, jouant le pourrissement. Le pays souffre pourtant du mouvement. Les bourgeoises élégantes refusent de commander de nouvelles robes. La situation empire. La CGT ne renonce pas, proclamant : « Marchez quand même, nous pouvons nous passer des bourgeois ! ». Mais les accidents se multiplient : collisions de trains, effondrements dans les mines, épidémies...

 

GreveBourgeois7.PNG


Au bout de quinze jours, le gouvernement cède. Prolétaires et bourgeois signent la paix : « ces deux grandes forces comprirent qu'elles devaient s'équilibrer, c'est à dire se concerter, collaborer ».

Quelques mots pour conclure : Vautel écrit dans Je Sais Tout qui n'est pas une publication des plus progressistes. Il défend bien sûr une certaine idée de l'ordre. Amusant de constater que les « bourgeois » de la nouvelle sont les classes moyennes, que ces classes moyennes ont des domestiques et sont donc éloignées par leur statut social des prolétaires. Un siècle après, ce n'est plus tout à fait le cas.
Cette nouvelle, comme beaucoup d'autres textes de Je Sais Tout, possède un charme désuet et l'anticipation fantaisiste de Vautel est marquée par l'idéologie de son époque.

(Toute allusion à l'actualité ne serait pas forcément fortuite de ma part).

Pour en savoir plus :
On peut lire l'intégralité de la nouvelle sur le site Gallica.
Les amateurs (ou les curieux) de SF ancienne et de merveilleux scientifique peuvent consulter l'article publié sur le blog Sur l'Autre Face du Monde : « Je Sais Tout » Esquisse Bibliographique des Œuvres Conjecturales et Fantastiques.

Cette chronique de lecture est originellement parue dans Les peuples du soleil, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Ferocias.

Repost 0
Published by Ferocias - dans Europe
commenter cet article
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 21:43

Voici le dix-neuvième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
123 articles (dont 4 en octobre) ; 21 participants (15 filles et 6 gars) ; 21 liens
8 articles pour l'Afrique, 18 pour l'Amérique, 14 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 21 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 16 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
11 pages ; 6 autres articles
393 visiteurs ont vu 690 pages et ont posté 10 commentaires ; 4 inscrits à la newsletter

 

Des nouvelles de quelques participants

Un des participants, JC, inscrit en juillet, a dû se désister en septembre  (bonne route à lui).

LucilleAnne a lu les 5 livres mais continue le défi car elle avait annoncé plus de choix.

Pogo (qui n'a toujours pas fourni ses choix) et Phooka n'ont pas encore commencé...

Sylvie par contre a terminé son défi : bravo, Sylvie !


Provenances des visiteurs : 38 % provenance directe, 2 % communauté plateforme, 12 % provenance externe, 48 % moteurs de recherche - Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Macédoine, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Décevant... Après avoir grimpé jusqu'à 46, il est redescendu surtout dans la troisième partie du mois, jusqu'à 10...

 

L'actu du mois

Un jeu-concours a été organisé en partenariat avec Folio SF pour les 10 ans de la collection et je félicite les 5 gagnantes qui recevront un roman Folio Fantasy.


Je pense que ce défi s'essouffle et que deux ans sont largement suffisants donc il se finira sûrement le 4 avril 2011. Il reste alors 5 mois pour terminer ce défi.

Repost 0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 14:15

KafkaRivage.jpgKafka sur le rivage, de Haruki Murakami
Belfond, Littérature étrangère, décembre 2005, 618 pages, ISBN 978-2714440419
10/18, Domaine étranger, juin 2007, 637 pages, ISBN 978-2264044730

« Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d'initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure, qui s'inscrit parmi les plus grands romans d'apprentissage de la littérature universelle » : c'est ce que dit, dans sa présentation, l'éditeur.

Je précise que j'ai eu du mal à commencer ce livre : j'ai lu plusieurs fois les premières pages, je commençai à plusieurs reprises et je n'arrivai pas à le commencer vraiment, j'ai du me forcer.

Mais, enfin le livre m'a attrapée et j'ai aimé ses personnages et leurs histoires.

Certainement ce n'est pas un roman réaliste.

En même temps je ne peux pas le classer en Fantasy : tout (ou presque) se déroule ici, dans notre monde (ou peut-être pas ?).

Une bibliothèque un peu particulière (j'ai été bibliothécaire et j'aime ça), un garçon de 15 ans qui fuit sa maison, son père et sa malédiction (ou prophétie) et choisit comme nom d'emprunt Kafka, un vieux qui ne peut pas lire mais qui parle avec les chats, une femme belle et triste, un amour du passé, Jonny Walker, une forêt mystérieuse, une pluie de sardines et maquereaux, un jeune chauffeur de camion qui apprend à aimer la musique classique et surtout les profondes considérations que tous vont faire, du chauffeur à la prostituée qui cite Hegel, souvent presque sans s'en apercevoir. Le seul qui reste « simple », même s'il n'est pas si simple, est le vieux monsieur Nakata.

On peut le dire : certainement un roman d'initiation - mais pas seulement - du jeune Kafka mais aussi du jeune chauffeur Hoshino. C'est peut-être lui qui change le plus sa vie et son « âme ».

On sort de cette lecture avec encore des doutes sur ce qui c'est vraiment passé, mais avec l'intuition que nous aussi, on est un peu changés.

Je ne sais pas si je vais le conseiller à tout le monde, je ne sais pas si tous vont l'aimer, mais je pense chercher d'autres romans de Haruki Murakami pour en savoir plus de lui et pour lire des livres qui laissent quelque chose en moi.

[Une chronique de lecture de Gaspara]

Repost 0
Published by Gaspara - dans Asie
commenter cet article
8 octobre 2010 5 08 /10 /octobre /2010 13:46

Stardust.jpgStardust, de Neil Gaiman
J'ai Lu, Fantasy, 2010, 222 pages, ISBN 978-2-290-00597-2

Neil Gaiman (né le 10 novembre 1960 à Portchester) est un auteur britannique de romans et de scénarios de bande dessinée vivant aux États-Unis. Auteur prolifique et polyvalent, il a percé sur la scène du fantastique anglo-saxon grâce à sa série Sandman publiée par DC comics dans les années 1990.
Gaiman suit des études de journalisme après avoir été refusé par plusieurs éditeurs pour se créer des contacts pouvant l'aider, du moins l'espère-t-il, à être publié plus tard. C'est à cette époque qu'il écrit son premier livre, la désormais très recherchée biographie du groupe Duran Duran ainsi que de nombreux articles pour Knave magazine. Il collaborera avec Terry Pratchett sur De bons présages (Good Omens), à propos de l'imminence de l'apocalypse.
Gaiman commence à travailler sur des comic books après avoir lié amitié avec Alan Moore. Il écrit deux romans illustrés anglais avec son vieil ami et collaborateur favori Dave McKean : Violent Cases et Signal to Noise. Par la suite il travaille pour DC Comics qui publie L'orchidée noire.

Synopsis
D'un côté, il y a Wall, paisible village niché au sein d'une calme forêt anglaise.
De l'autre, le pays des fées, univers d'enchantements, de sorcières, de licornes et de princes sanguinaires.
Entre les deux, il y a le mur, l'infranchissable et épaisse muraille qui ceint le hameau et le sépare de Féerie. Infranchissable ? Pas tout à fait, puisque tous les neuf ans s'ouvre la foire des fées qui, durant un jour et une nuit, permet aux deux mondes de se rencontrer. Dans certaines circonstances, cependant, attendre si longtemps pour pénétrer en Féerie est impossible.
Car quand on s'appelle Tristan Thorn et que l'on a promis à sa belle l'étoile filante tombée du firmament de l'autre côté du mur, aucun obstacle ne saurait s'élever contre l'amour...

Mon avis
Voilà qu'un beau jour, je trainais sur un certain forum et qu'on parlait auteurs... Une certaine Lelf parlait d'un auteur nommé Neil Gaiman, ce nom inconnu titilla ma curiosité et j'ai donc été voir sa fiche sur ledit forum, certains de ces livres m'ont tapé dans l'œil et furent donc mis dans ma wishlist... Stardust étant le premier !
Pour trouver ce livre, la quête fut longue et éprouvante car je voulais absolument l'édition avec le petit lutin (qui finalement à un sourire effrayant ^^) que j'ai finalement trouvée lors de la rencontre des Livraddictiennes de Lorraine !
Le livre a donc traîné un petit moment dans ma PAL jusqu'à il y a quelques jours encore... Et là, regardons ce que j'en pense :

J'ai aimé/J'ai adoré
- L'écriture tout en douceur, très poétique, dans un style conte de fée de l'auteur (d'ailleurs le livre commence par « Il était une fois »).
- L'histoire poétique, romantique, magique... (enfin ce que vous voulez).
- La vitesse de lecture (en ce moment je lis par période de 30 min -1 h - 1 h 30 maxi et ça avançait super vite, je croyais que je commençais à peine un chapitre qu'il était déjà fini, bon certes, il n'y a que 10 chapitres et un épilogue).
- Les personnages attachants et mystérieux.
- Les décors : une forêt fantôme, un palais sale avec des « vieilles peaux » et un miroir qui reflète tout le contraire, un bateau volant pour chasser les foudres.
- La totalité du livre.

J'ai pas aimé/J'ai détesté
- Un petit soucis dans mon édition :  il manque des sauts de ligne à certains moments, donc quand on passe d'une situation à une autre, on est un peu perdu en l'absence de ce saut de ligne mais on s'en remet très vite :P

Je regrette
- « Non rien de rien, non je ne regretteuh rien ».

StardustFilm.jpgLe coin cinéma
J'avais entendu parler du film correspondant à ce livre, je me suis donc dit pourquoi ne pas le regarder !? Et par chance il était à la médiathèque, je l'ai donc emprunté et regardé (avant même d'avoir fini le livre).
J'avoue que le film est superbe, mais j'ai trouvé pas mal de divergences avec le livre :
- c'est qui ce type là ?
- il est où mon petit bonhomme poilu ?
- hein mais c'est pas comme ça dans le livre !
- euh nan il est comme ça lui ? O_o
- looooooooooooool j'aurais pas osé moi ^^
Et comme je n'avais pas lu la fin, j'ai cru me spoiler mais en fait que nenni ou presque, la fin dans le livre et la fin (la dernière demi-heure) du film sont 'totalement' différentes : en effet dans le film ça se finit comme dans un vrai conte de fées, dans le livre la fin est sans doute plus 'réaliste' (même si ça reste très conte de fées) mais j'ai trouvé que dans les deux cas ça ne gâchait en rien l'histoire !
 
En conclusion, le livre comme le film m'ont énormément plus (serait-ce un coup de cœur ?) et je pense que ma découverte de Neil Gaiman ne fait que commencer, car dans ma PAL se trouve déjà L'étrange vie de Nobody Owens. En tout cas, je conseille ce livre à tous ceux qui n'ont pas perdu leur âme d'enfant et les personnes fleur-bleue (si c'est pas romantique de vouloir rapporter une étoile à sa dulcinée ?). Et pour ma personne, je pense que je verrai les étoiles autrement maintenant ;)

Ce livre a aussi été lu dans le cadre du défi Littérature de l'imaginaire sur les 5 continents [mon second livre pour ce challenge].

Bonne lecture !
Bulle de Neige

Cette chronique de lecture est originellement parue le 22 septembre dans Bulle de livre, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Snow.

Repost 0
Published by Snow - dans Amérique
commenter cet article
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 13:25

Enchantement.jpgEnchantement, d'Orson Scott Card
Points fantasy, 576 pages

Quatrième de couverture
Au cœur de la forêt ukrainienne, le petit Ivan découvre une jeune fille endormie sur un autel. Une présence inquiétante le pousse à s'enfuir. Des années plus tard, Ivan revient sur les lieux. Cette fois, il ose embrasser la belle... Et se retrouve précipité mille ans auparavant, dans un monde parallèle où la sorcière Baba Yaga fait peser une terrible menace. Une réinterprétation libre et magistrale de La Belle au bois dormant, par l'un des auteurs de fantasy les plus talentueux au monde.

Mon avis
Quelle excellente lecture, je me suis régalée et j'ai été tout simplement enchantée par ce livre. Certes le jeu de mot est facile mais tellement représentatif de mon ressenti après avoir refermé le livre !
L'auteur nous raconte le après « ils se marièrent et ils eurent beaucoup d'enfants ». Nous sommes à la fois proche et loin du conte classique de notre enfance.
Ce que j'ai trouvé absolument génial durant la lecture c'est que l'auteur, tout en gardant le côté conte de fée, a aussi apporté une note de modernisme.
En fin de compte nous avons là une histoire totalement cohérente à une époque moderne tout en gardant un côté féerique malgré tout.
Il y a aussi le côté très réaliste du monde de la princesse que j'ai beaucoup apprécié.
J'avais un peu l'impression lors de ma lecture que c'était la même histoire que je lisais lorsque j'étais petite, enfin bon la suite bien évidement, mais avec une écriture et un style adaptés à l'adulte que je suis devenue.
Mais ne nous y trompons pas, à mon humble avis, il faut avoir gardé une part d'enfance au fond de soi pour pouvoir apprécier ce livre.
Grâce à cette lecture, je sais enfin, même si je ne me suis pas spécialement posé la question, qu'elle était la vie de la sorcière ! Nous entrons dans son antre ! Et quelle méchante sorcière elle est !!! Aucune morale, une méchante une vraie, elle ne fait aucune concession, n'a aucune pitié, elle est cruelle, limite psychopathe, elle aime faire souffrir avant de tuer !!!
J'ai adoré la manière de passer d'un monde à l'autre, la découverte de la princesse par Ivan, la pointe d'humour qu'il y a dans ce livre, les surprises sur différents personnages.
Voilà, l'auteur nous surprend avec cette histoire, nous met des étoiles dans les yeux, nous fait peur comme lorsqu'on était petit et ça c'est jubilatoire !
Un livre à lire absolument parce qu'il est génial !!
Ma note 9/10

Cette chronique de lecture est originellement parue le 24 septembre dans Le boudoir des livres, blog sur lequel vous pouvez lire d'autres articles de Sylvie.

Repost 0
Published by Sylvie - dans Amérique
commenter cet article
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 23:36

Voici le dix-huitième bilan de ce blog et du défi.

Le blog
123 articles (dont 9 en septembre) ; 21 participants (15 filles et 6 gars) ; 21 liens
8 articles pour l'Afrique, 16 pour l'Amérique, 13 pour l'Asie (dont un divisé en 6 articles), 21 pour l'Europe (dont un hors-défi) et 16 pour l'Océanie (dont un divisé en 3 articles)
11 pages
410 visiteurs ont vu 752 pages et ont posté 10 commentaires ; 4 inscrits à la newsletter


Provenances des visiteurs : 37 % provenance directe, 2 % communauté plateforme, 13 % provenance externe, 48 % moteurs de recherche - Algérie, Allemagne, Angleterre, Arabie Saoudite, Argentine, Australie, Autriche, Belgique, Bénin, Bolivie, Botswana, Brésil, Bulgarie, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Canada, Chili, Chine, Colombie, Congo/Kinshasa, Corée du Sud, Côte d'Ivoire, Croatie, Cuba, Danemark, Djibouti, Égypte, Espagne, États-Unis, Finlande, France (dont Guadeloupe, Guyane Française, Martinique, Nouvelle-Calédonie, Polynésie française, Réunion), Grèce, Haïti, Honduras, Hong Kong, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Japon, Liban, Luxembourg, Macédoine, Maroc, Maurice (île), Mauritanie, Moldavie, Monaco, Niger, Nigéria, Nouvelle-Zélande, Pakistan, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Porto Rico, Portugal, Roumanie, Russie, Sénégal, Serbie, Singapour, Slovaquie, Suède, Suisse, Tchèque (République), Thaïlande, Tunisie, Turquie, Ukraine, Uruguay...

Le blogrank
Il a regrimpé jusqu'à 46.


Bonne continuation du défi et un bel automne à tous !

Repost 0

Présentation

  • : Littératures de l'imaginaire
  • Littératures de l'imaginaire
  • : Ce blog consacré au défi 'Littératures de l'imaginaire sur les 5 continents', regroupe les notes de lecture des participants qui veulent partager leur amour des littératures de l'imaginaire (SF, anticipation, fantastique, fantasy, conte...).
  • Contact

Recherche

Catégories